Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eric Zemmour: 60 censeurs signent une lettre au CSA pour demander des sanctions contre lui !

jan 03, 201518

Share

Une lettre signée par 60 « personnalités », que l’on peut qualifier de « censeurs », a été adressée au CSA pour empêcher qu’Eric Zemmour puisse s’exprimer sur les chaines de télévision française !

Aux côtés du président de SOS Racisme on trouve la signature du président de l’UEJF, Sacha Reigewirtz qui s’était déjà illustré en refusant de rencontrer le ministre israélien Neftali Bennet lors de sa venue à Paris…

La France est en train de devenir le pays le plus liberticide vis à vis de toute opinion qui ne soit pas estampillée « politiquement correcte ».

Cette nouvelle censure venant exclusivement de la gauche « bobo » bien pensante a déjà frappé Eric Zemmour condamné pour avoir osé dire ce que tout le monde sait. Elle a fait condamner plusieurs auteurs pour avoir osé parler de l’islamisation, du Grand Remplacement, etc…

Cette censure fait fermer un à un les blogs, les chaines Youtube, les comptes Facebook et Twitter de tous ceux qui osent parler des sujets considérés comme « tabous » mais qui préoccupent les français au quotidien.

En agissant ainsi les censeurs font le lit de l’extrême droite ! Ils viendront ensuite s’étonner et s’attrister lors des débats post-électoraux de la montée inexorable du FN. Mais ils seront directement responsable de la montée de l’extrême droite en France.

Personne n’est obligé d’être d’accord avec tout ce que dit ou écrit Zemmour, notamment en ce qui concerne Vichy où il commet une erreur d’analyse. Mais il a le mérite de soulever des questions qui inquiètent les français et qui méritent d’être débattues largement au lieu d’être censurées.

Zemmour dérange non seulement par ses propos mais par le succès incroyable de son livre « Le suicide français » déjà vendu à plus de 400 000 exemplaires !

Censurer le débat sur l’insécurité, sur la montée de l’islamisme radical, sur l’antisémitisme d’origine musulmane, sur l’immigration de masse, sur le sentiment qu’on les français d’être « envahit » c’est mettre en place les conditions pour qu’explose un jour une « bombe à retardement » qui peut conduire jusqu’à une guerre civile.

La société civile, les associations et les partis politiques de tout bord devraient ensembles débattre de ces thèmes qui sont en train de changer profondément le visage de la France.

Au lieu de cela, la « bienpensance » préfère censurer et faire taire tous ceux qui osent aborder ces sujets.

Nous soumettons ce courrier à nos lecteurs pour qu’ils comprennent les inquiétantes dérives comportementales de ceux qui se disent (et sont même souvent subventionnés pour celà) les « plus ardents défenseurs des libertés publiques » !

Libertés publiques à géométrie variable, puisqu’elles ne s’appliquent plus quand il s’agit de personnes ne pensant pas « comme il faut », c’est à dire comme eux !

La France ne sera bientôt plus le pays de la liberté de penser mais celui de la dictature de la pensé unique.

Et pour soutenir Eric Zemmour achetons tous son dernier livre qui fait tant polémique « Le suicide français » en cliquant ici.
Signons massivement cette pétition de soutien à Eric Zemmour en cliquant ici.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Christian De Lablatinière pour Europe Israël

Voici la lettre adressé au CSA suivie par la liste des signataires :

Monsieur le Président,

Nous vous écrivons cette lettre collective afin de porter à votre attention une requête.
Les missions du CSA incluent notamment le respect que ne soient pas diffusés des messages de haine dans les médias audiovisuels (1).

Or, nous constatons comme téléspectateurs ou/et auditeurs qu’aujourd’hui en France un personnage à l’idéologie ouvertement raciste et anti-égalitaire peut répandre ses thèses dans un grand nombre de médias audiovisuels sans que cela ne semble émouvoir outre mesure.

Ce personnage, c’est M. Eric Zemmour. Après s’être présenté comme un analyste impertinent de la société française, ce personnage a évolué vers la délivrance de plus en plus affirmée de paroles de stigmatisation envers les immigrés et leurs enfants, avec une mention toute particulière pour les musulmans. Ces propos lui valurent d’ailleurs d’être condamné par la justice de notre pays en 2011 pour incitation à la discrimination raciale.

Ces derniers mois auront vu ce même personnage bénéficier d’une exceptionnelle promotion radiophonique et télévisuelle d’un ouvrage dont les thèses consistaient à imputer les maux de notre pays aux immigrés, à leurs enfants, aux homosexuels et aux femmes.

Enfin, et même si cela n’a pas été exprimé sur des ondes françaises, ce même personnage, à l’occasion d’une interview donnée le 29 octobre de cette année au quotidien italien Le Corriere della Serra, a tenu des propos relayés dans les médias français, laissant très clairement penser qu’il était favorable à l’expulsion de plusieurs millions de personnes en raison de leur appartenance religieuse (en l’occurrence, l’appartenance à la religion musulmane, dont découleraient des comportements d’oppression et de sédition).

Nous précisons en outre ce qui ne vous aura sans doute pas échappé, à savoir que le fait d’être musulman semble chez Eric Zemmour se révéler incompatible avec la qualité de Français.

La très large exposition médiatique de ce personnage est déjà en soi inquiétante tant elle permet de propager des idées qui visent de plus en plus clairement à susciter la haine de nos concitoyens envers une partie de la population. Mais elle l’est encore un peu plus au regard de la position particulière qu’il occupe dans plusieurs médias dont il peut se prévaloir de la légitimité en tant que collaborateur régulier.

C’est pourquoi nous vous demandons d’user de vos prérogatives afin de faire cesser cette diffusion de la haine sur les médias français.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions, Monsieur le Président, de recevoir nos salutations distinguées.

  1. Les interventions du CSA dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme dans les médias audiovisuels nationaux sont principalement fondées sur la loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication et sur la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse.
  2. La loi du 30 septembre 1986 permet au Conseil de fonder ses décisions principalement sur l’incitation à la haine et le respect de la dignité humaine. Certaines dispositions de la loi du 29 juillet 1981 instaurent une protection particulière à l’égard des personnes et groupes de personnes visés en raison de leur origine, leur ethnie, leur nation, leur race ou leur religion, ce qui permet au Conseil d’élargir les fondements juridiques de ses décisions.
  3. Le dernier alinéa de l’article 15 de la loi du 30 septembre 1986 dispose que le Conseil veille également « à ce que les programmes des services de radiodiffusion sonore et de télévision ne contiennent aucune incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité ».

Signataires :
Dominique SOPO, Président de SOS Racisme
Amirouche LAÏDI, Président du Club Averroès
Sacha REINGEWIRTZ, président de l’UEJF
Ghaleb BENCHEIKH, spécialiste de l’Islam
Pierre BERGE, entrepreneur
Josiane BALASKO, comédienne
Michel BOUJENAH, humoriste
Slim BEN ACHOUR, avocat au barreau de Paris
José PENTROSCOPE, président du Cifordom
Serge ROMANA, président du CM98
Benjamin ABTAN, Président de l’EGAM-Le mouvement antiraciste européen
Naïma CHARAÏ, présidente de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale (ACSé)
Mohamed SIFAOUI, écrivain et réalisateur
Louis-George TIN, président du CRAN
Zoïa GUSCHLBAUER, présidente de la FIDL, le syndicat lycéen
Mehdi Thomas ALLAL, responsable du pôle anti-discriminations de la fondation Terra Nova
Abdelhak KACHOURI, vice-président de la région Ile-de-France
Nacer KETTANE, président de Beur FM
Yvan ATTAL, comédien
Jean BENGUIGUI, comédien
Hamid CHRIET, éditorialiste
Mehdi MAHAMMEDI-BOUZINA, membre du comité de direction de Cartes sur Table
Jean-Luc RICHARD, maître de conférences à l’Université Rennes II
Virginie MARTIN, politologue, présidente du Think Tank Different
Thomas RAYNAL, ancien journaliste dans la presse culturelle
Baki YOUSSOUFOU, fondateur de We sign it
Ibrahim SOREL, président de BDM TV
Bariza KIARI, sénatrice de Paris
Sihem SOUID, chroniqueuse
Saïd HAMMOUCHE, président de Mozaïk RH
Nadège ABOMANGOLI, conseillère régionale d’Ile-de-France
Valérie OSOUF, réalisatrice
Marc CHEB SUN, directeur de publication de « D’ici et d’ailleurs »
Alexis BACHELAY, député des Hauts-de-Seine
Yannick WEZET-JOHN NAMBO, producteur
David GAKUNZI, président du Paris Global Forum
Willian LEDAY, conseiller municipal, membre du bureau de Terra Nova
Leïla AICHI, sénatrice de Paris
Stéphane JUGNOT, statisticien-économiste à l’Insee
Muriel JASMIN, présidente du Comité Femme Fer
Razzy HAMMADI, député de Seine-Saint-Denis
Marie RAYNAL, citoyenne engagée
Claude ROSSIGNOL, citoyen engagé
Pierre HENRY, directeur Général de France Terre d’Asile
Mélite JASMIN, présidente de l’association mazzacca -afro-Caraïbeenne (M.A.C.)
David Sar AUERBACH CHIFFRIN, président de la Fédération Total Respect (Tjenbé Rèd)
Séta PAPAZIAN, présidente du collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)
Yohann ROSZEWITCH, président de SOS Homophobie
Carole DA SILVA, présidente de l’Afip
Thierno CAMARA, secrétaire Général du Forim
Nabbie SOUMAH, anthropologue
Nader ALAMI, journaliste
Karime ADENIS, réalisateur
Jean RAYMOND, journaliste
Abderrahim BOURKIA, sociologue
Helen MORA, attachée de presse
Michel NOLL, producteur
François DURPAIRE, historien
Bernard SCHALSCHA, membre du comité de rédaction de La Règle du Jeu

Europe-israel

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :