Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À l’Est, il y a du nouveau

 

L’armée russe a déclenché ses premières frappes en Syrie le mercredi 30 septembre.

 

Gérard Hardy

Vice-président du Rassemblement Pour la France

 

L’armée russe a déclenché ses premières frappes en Syrie le mercredi 30 septembre. Les cibles identifiées étaient, selon l’état-major russe, des positions du groupe État islamique. De façon quasi unanime, les Occidentaux ont mis en doute cette version des faits.

Ce qui est frappant dans l’interprétation des médias officiels occidentaux, c’est que l’Amérique vue par les forces de progrès des années 60/70 (étudiants soixante-huitards bien-pensants aux cheveux longs) et vue par les mêmes individus devenus rédacteurs en chef des médias aux ordres d’aujourd’hui diffère du tout au tout. Pour ces esprits éclairés qui n’ont honte de rien, le condamnable bras armé de la finance internationale qu’ils dénonçaient semble être devenu, aujourd’hui, le défenseur du monde libre.

Comme quoi, selon que vous serez puissant ou misérable, selon que vous serez riche et que vous tiendrez dans vos mains les médias et les groupes d’influence internationaux, vous aurez ou non le droit d’ingérence, le droit de bombarder et d’imposer vos choix où bon vous chantera…

Ceux-là mêmes qui, sous prétexte d’armes de destruction massive virtuelles, ont naguère précipité l’ensemble du Moyen-Orient dans le chaos pour des raisons plus ou moins avouables mais surtout économiques, ceux-là mêmes qui ont imaginé la plupart des révolutions d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud pour installer des régimes dictatoriaux assis sur l’argent des mafias et des cartels de la drogue, s’offusquent aujourd’hui de l’intervention de la Russie en Syrie.

La possibilité d’intervention militaire serait donc devenue la prérogative exclusive de nos cousins d’outre-Atlantique. La vérité est que les Américains voient d’un très mauvais œil l’ours moscovite, que l’on croyait définitivement écarté, reprendre du poil de la bête. Vladimir Poutine revient sur la scène politico-diplomatique, marquant par là même le fait que la Russie est et reste un élément incontournable des relations internationales.

Au regard de ces passes d’armes diplomatiques, deux choses me viennent à l’esprit. J’entrevois, dans cet épisode de guerre froide nouvelle version, une revanche russe à peine voilée après une pseudo-révolution ukrainienne que tout le monde sait fomentée par l’Oncle Sam et répondant à une poussée concomitante de l’OTAN jusqu’aux limes tsaristes pour isoler son principal rival. Enfin, j’entends la parole de Vladimir Poutine qui a redit, mercredi, qu’il s’agissait aussi pour lui de prévenir un développement des mouvements terroristes musulmans aux portes de la Russie.

Le mouton de Panurge atlantiste qui occupe l’Élysée n’y aurait même pas pensé…

Gérard Hardy

 

http://www.bvoltaire.fr/gerardhardy/a-lest-y-a-nouveau,209602

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0