Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France a besoin de votre talent !

r Saint-Michel-Archange

Qu’est-ce qui fait le succès d’une nation ? Quel est le prix de la liberté ? Qu’est-ce qui garanti la justice et l’équité ? VOTRE TALENT !

Les médias, soumis à la volonté hégémonique des États-Unis, s’acharnent à diffuser de mauvais divertissements qui tirent vers le bas la moralité, des informations toujours plus sombres et mortifères qui dépriment les âmes, des films et des séries de plus en plus morbides qui incitent la jeunesse à se pervertir. Bref, vous l’aurez compris, ceux qui nous gouvernent sont, ni plus ni moins, les caniches d’une Amérique qui rêve de dominer la planète.

Le gouvernement contemporain s’acharne à détruire le travail des salariés, à privilégier le patronat et à payer pour ne rien faire des migrants, pauvres et à peine diplômés, qui fuient des nations en guerre, guerres elles-mêmes sournoisement déclenchées par les États-Unis. La France vit dans un effroyable déni, car, elle tue le talent de ses citoyens. C’est comme si le bûcheron sciait la branche sur laquelle il serait assis. Ceci a de graves conséquences puisque la France pourrait se transformer d’ici peu de temps en une immense déchetterie famélique et certainement radioactive.

La France d’autrefois vivait heureuse grâce à la qualité de ses habitants. Les citoyens étaient des artisans amoureux de leur travail. Il n’y avait pas d’autre moyen de transport que la charrue, la calèche ou le carrosse. Le moteur n’existait pas. La pollution était, par conséquent, inexistante. Un travailleur œuvrait dans son village, et, s’il devait partir en ville, il y restait. À l’époque, on ne se déplaçait pas facilement sur de longues distances. Par conséquent, pour survivre, un hameau, un bourg, un village ou une ville devait compter sur le talent de ses habitants. L’éducation était bonne afin de pousser les individus à se dépasser et à se comporter dignement. Les lois morales garantissaient l’application d’une Justice équitable pour tous.

Essayez maintenant de visualiser le village français d’autrefois. Il était composé de travailleurs qui œuvraient silencieusement et avec passion. Certains partaient aux champs pour cultiver la terre afin de nourrir le village tandis que d’autres utilisaient leur intelligence et leurs mains pour concevoir des chaussures, des pantalons, des outils, des accessoires ou tout autre produit indispensable à la vie quotidienne. Par conséquent, on trouvait des cordonniers, des artistes, des ébénistes, des chaudronniers, des maçons et un tas d’autres ouvriers qualifiés dans leur domaine. Sans le talent de ses habitants un village était voué à la mort.

C’est en lisant ce texte que vous comprendrez soudainement que le système nous maintient dans l’oisiveté, la fainéantise, le rêve perpétuel, le chômage forcé, la distraction sournoise et le désœuvrement qui conduisent au drame. Le système contemporain détruit ce qui reste d’intelligence pour mieux imposer, à terme, un gouvernement unique composé de nantis machiavéliques qui rêvent d’écraser de leurs petits poings vaniteux les populations mondiales. Mes propos sont crus parce qu’ils sont authentiques, mais, ils définissent parfaitement l’état mental de ceux qui dirigent la planète. Ces vils personnages ne travaillent pas sur le terrain. Ils se dégagent beaucoup de temps pour pratiquer une activité qui les détend, comme jouer au golf ou fumer des cigares à cinq cents dollars par exemple, pendant que des millions de gens meurent ou souffrent dans d’odieuses conditions.

Nous sommes dirigés par des individus cruels qui attendent la gouvernance mondiale afin de pouvoir s’accrocher à un poste d’élu qui leur garantiront une place bien confortable pendant que les foules seront martyrisées sur une planète dépeuplée, souillée, polluée, dans laquelle la faune et la flore ressembleront à un ancien mythe…

Il ne faut pas vous leurrer. Ceux qui nous dirigent sont seulement motivés par l’appât du gain. Leur égoïsme est égal à leur rapacité. Tout ce que nous devons faire, c’est les boycotter, non pas dans la violence, mais, par une fermeté absolue et une solidarité réelle. Nous ne voulons plus de ces élus qui pensent à leur propre salut. Nous voulons des personnes capables de travailler sur le terrain. Nous n’avons pas besoin de bavards qui illusionnent le peuple dans un hémicycle. Nous avons besoin d’hommes de terrain qui sachent réfléchir et œuvrer concrètement. Nous devons mettre un terme à cette ère de l’inutilité flatteuse et de l’arrogance normalisée qui est chapeautée par des fainéants nantis.

Surtout, nous ne devons plus faire le jeu de la division. Les innombrables communautés qui vivent actuellement en France ne se parlent pas et se connaissent encore moins. Ainsi, la nation française est tellement divisée qu’à la moindre étincelle ce sera l’embrasement tant rêvé par un François, un Manuel, une Christiane ou encore un Michel (avis humoristique à la censure étatique : toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite).

Quel est le meilleur moyen pour défaire ce que ces sinistres individus ont conçu ? Il s’agit de se souvenir des commandements enseignés par Notre Seigneur Jésus-Christ : « Tu aimerais le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit », « Tu aimerais ton prochain comme toi-même », « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé », « Vous êtes tous frères et il n’y a qu’un seul Dieu ».

Ainsi, derrière le gitan, le migrant, le chômeur, le maçon, le « blanco » comme aime le répéter un certain Manuel, le banquier ou encore le banlieusard se cache une notion qui est totalement oubliée de nos jours : l’être humain. L’apparence d’un individu est l’unique critère retenant l’attention. S’il est barbu, c’est forcément un intégriste. S’il porte des dreadlocks, c’est obligatoirement un rasta. S’il vit dans une caravane, c’est assurément un gitan. S’il est au RSA, c’est certainement un fainéant. S’il est au chômage, c’est à coup sûr un raté. S’il porte une tunique orange, c’est inéluctablement un bouddhiste. Bref, la liste est tellement longue qu’elle en est ridicule. Cette civilisation joue le jeu de la caricature perpétuelle. L’homme est réduit non pas à son statut d’être humain mais à une chosification dans laquelle il ne faut surtout pas sortir afin de plaire au système.

Or, je vous le dis, nous sommes tous des êtres humains. Hormis notre habillement et notre apparence physique, il n’y a aucune différence entre nous. Nous sommes tous issus de l’amour de Dieu. Nous sommes tous nés d’un père et d’une mère. Les animaux sont nos amis et les plantes sont nos protégées. Tout chérubin, de n’importe quelle nation, mérite d’être chéri et aimé avec un amour véritable. Ainsi, nous devrions tous serrer dans nos bras l’enfant du prochain et se dire qu’il pourrait être le nôtre afin de ressentir cet amour plénier. Sans ce lien généreux, c’est la froideur qui s’installe trop facilement. Celle-ci même qui engendre des dissensions et des drames par manque de charité.

Tant que l’humanité acceptera de vivre dans un système pervers qui s’oppose perpétuellement au bon sens et à la vie, celle-ci se dirigera droit vers l’enfer terrestre. Nos contemporains sont tellement illusionnés par la technologie, les séries et les films qu’ils sont incapables de percevoir cette terrible réalité. Le quotidien s’est transformé en une sinistre illusion qui nous conduit un peu plus chaque jour vers la guerre et la destruction.

Si nous ne marchons pas main dans la main, si nous ne comptons pas sur nos talents respectifs, alors oui, je le dis, attendez-vous à voir la France imploser dans une terrible guerre civile. La seule solution est de retourner à une monarchie juste et équitable avec, à sa tête, un roi capable de discerner quels sont les talents qui permettront à la France de sortir la tête de l’eau. Il faudra alors œuvrer pour que chacun y mette du sien, pour que les écoles donnent à nos enfants de belles valeurs imprégnées de beauté et de soleil, pour que les ouvriers travaillent dans des usines françaises à destination française, pour que les ingénieurs conçoivent des produits écologiques, pour que les journalistes sortent du carcan de la pensée unique, pour que les prêtres prient Dieu selon le rite Tridentin et qu’ils nous lisent des sermons édifiants rédigés sous l’inspiration du Saint-Esprit, pour que les hospices accueillent gratuitement les pauvres et les malades selon la tradition chrétienne, etc… Nous n’avons pas besoin du mondialisme mais nous avons besoin de tous les hommes, femmes et enfants présents sur notre sol pour reconstruire une nation digne de Dieu et de Son Fils Jésus-Christ.

Si j’ai pu écrire ce texte, c’est grâce à la prière, une de ces prières qui vous emmène dans une France heureuse, silencieuse, travailleuse, imprégnée d’une douce austérité qui donne au quotidien un arrière goût de bonheur, car, dans la France d’autrefois, soyez-en sûr, il n’y avait pas de place pour la dépravation, la beuverie, la légèreté, la perversion, le blasphème, l’humour noir, le bavardage inutile, l’oisiveté, le mensonge, le vol, le meurtre ou n’importe quel autre péché.

Une nation heureuse baigne dans le réalisme. Cet état d’esprit consiste à prendre en compte la Création, la planète Terre dans son ensemble, la faune et la flore, son voisin, sa voisine, l’inconnu qui traverse la rue, les nuages qui passent, le soleil qui se lève et se couche, la neige qui tombe, la brise qui caresse les joues. Sans ce réalisme authentique, l’illusion mensongère s’empare des esprits. Les individus plongent facilement dans de grands travers pour finir par se perdre dans un cruel égoïsme qui mène inéluctablement aux hostilités. Or, une guerre sert toujours la cause de ceux qui se frottent les mains dans l’ombre en attendant que leur heure de gloire les mène à la tête d’un empire mondial.

Ces pathétiques individus ont tous un point en commun : Satan. C’est-à-dire celui qui éloigne de Dieu, celui qui divise, celui qui illusionne, celui qui massacre. Peu importe qui ils sont. Prenez conscience qu’ils sont incapables de vivre sur le terrain comme nous autres. Ils sont besoin de se friser les moustaches, de boire un brandy, de jouer au golf, de se payer des prostituées, de pratiquer toutes sortes d’immondes perversions parce qu’ils sont perpétuellement insatisfaits. Il leur en faut toujours plus. Cette insatiable soif de possession est ce qui nous conduit à la fosse commune, au camp de concentration, à l’immonde, à un François ou à un Manuel (avis humoristique à la censure étatique : toute ressemblance etc…). Ce sont des grenouilles qui veulent se faire aussi grosses que le bœuf, tant et si bien qu’elles finissent toujours par éclater.

Souvenez-vous que la France a besoin de votre talent. Que Dieu vous bénisse et vous protège !

https://saintmichelarchange.wordpress.com/2015/11/01/la-france-a-besoin-de-votre-talent/

Tag(s) : #La FRANCE ...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :