Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Fête du Sacré Coeur 



Église Saint-Pierre de Nancy
Autel du Sacré-Cœur

Sommaire

  Textes de la Messe avant 1929  
  Textes de la Messe après 1929  
  OFFICE AVANT 1929  
  Aux premières Vêpres.  
  à Matines  
  à Laudes.  
  Aux deuxièmes Vêpres.  
  OFFICE APRÈS 1929  
  Aux premières Vêpres.  
  à Matines  
  à Laudes.  
  Aux deuxièmes Vêpres.  

L’article a été mis à jour avec les deux Offices de 1856 et 1929.

Les commentaires, trop longs pour être mis sur cette page, se trouvent ici

Deux formulaires liturgiques se sont succédé pour la fête du Sacré Cœur.

Le premier date de Pie IX (1856), qui prit le décret qui insérait au Calendrier la fête du Sacré-Cœur dans le cycle du Sanctoral et en ordonnait la célébration dans l’Église universelle sous le grade de double de IIère classe, élevé par la suite au rang de double de Ière classe secondaire par Léon XIII (1889).

Le second fut publié sous Pie XI en 1929 : le Pape ayant donné à la Fête une Octave [1] et équiparé la fête aux plus grandes fêtes du cycle du Temporal (elle quitte le cycle du Sanctoral) créa une commission de théologiens dont il assura la présidence afin de recomposer presque totalement la Messe et l’Office.

Avant 1929, l’Office hésitait à mi-chemin entre un Office de continuation de la Fête-Dieu (des éléments comme les répons de Matines en sont issus) et un Office de la Passion. Dom Guéranger [2], témoigne des raisons de cette composition hésitante : « Il est peu fait mention du Cœur de chair du Sauveur dans les formules liturgiques de ce jour. Lorsqu’au dernier siècle (XVIIIe) il fut question d’approuver une Messe et un Office en l’honneur du Sacré-Cœur, les Jansénistes, qui avaient jusque dans Rome leurs dévoués partisans, suscitèrent de telles oppositions, que le Siège apostolique ne crut pas le moment venu encore de se prononcer ouvertement sur les points débattus. Dans la Messe et l’Office qui de Rome devaient plus tard (1856) s’étendre au monde entier, il s’en tint par prudence à la glorification de l’amour du Sauveur, dont on ne pouvait nier raisonnablement que son Cœur de chair ne fût au moins le vrai et direct symbole » [3]. Le 3ème nocturne des Matines, avec ses trois homélies patristiques, était d’ailleurs plutôt bizarre.

Pie XI voulut un office organique, qui ne soit ni une répétition de la Fête-Dieu, ni un doublon des Offices de la Passion. Comme le dit le Bhx Schuster, il s’agit maintenant d’une fête de réparation envers l’Amour qui n’est pas aimé ; réparation qui fait d’ailleurs amende honorable en glorifiant les pacifiques triomphes de cet Éternel Amour [4].

Tag(s) : #Le Christ

Partager cet article

Repost 0