Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hollande face à un "Printemps français"

Bernard Delattre, correspondant permanent à Paris

Mis en ligne le 28/03/2013

 

L’hôte de l’Elysée, qui n’est plus soutenu que par 27 % des Français, tente de rebondir: ce soir, à la télé. Où l’attendront de pied ferme ses opposants. Dont une partie est, depuis dimanche, en pleine dérive groupusculaire et radicale.

Des cars de CRS par dizaines risquent de devoir être déployés devant le siège de France Télévisions, à Paris ce jeudi soir. Afin que François Hollande puisse gagner sans encombre le studio où se déroulera l’interview qu’il a prévu d’accorder à la chaîne France 2.

Mercredi, en effet, le mouvement "La Manif pour tous" a confirmé avoir, via notamment les réseaux sociaux, convié ses partisans à venir y interpeller le chef de l’Etat avant sa prestation télé. Ces anti-"mariage gay" sont plus décidés que jamais à en découdre. Après le succès qu’a connu, dimanche, leur rassemblement parisien - "gigantesque manifestation populaire, sans doute l’une des plus importantes de l’histoire de France", estimait carrément Guillaume de Thieulloy, du "Collectif Famille Mariage", mercredi.

 

 

 

Manuel Valls : "Des individus dangereux"

Interrogée sur cette mobilisation de jeudi soir, la figure de proue du mouvement, Virginie Merle-Tellenne, dite "Frigide Barjot", a, sans craindre la contradiction, tout à la fois promis un "rassemblement pacifique (mais bruyant)", et menacé de "débordements" et de "troubles graves" si, à sa sortie de France Télévisions, le chef de l’Etat n’avait pas "des paroles fortes" : n’annonçait pas la suspension de la réforme. Des débordements sont d’autant moins à exclure que la tension est brutalement montée d’un cran depuis ce week-end, sur ce front.

L’ont d’abord illustré, dimanche après-midi, les heurts - ultra-médiatisés - qui, en marge du cortège, ont opposé les CRS à des "individus dangereux", auteurs de "débordements prémédités", dixit le ministre (PS) de l’Intérieur, Manuel Valls. A savoir, "quelques centaines d’extrémistes déterminés, venant de l’extrême droite : militants du Bloc identitaire, des Jeunesses nationalistes, du Renouveau français, du GUD et d’Europe jeunesse". Lors de cette même manifestation, au demeurant, les équipes de journalistes de plusieurs médias français ont essuyé "insultes, crachats, entrave au travail, parfois même agression physique".

Témoin également de cette dérive : mardi soir, la police a dû physiquement venir au secours du député socialiste qui, à l’Assemblée, avait porté le projet de loi sur le "mariage gay" - ce qui lui avait valu de recevoir des menaces de mort. Elle a dû exfiltrer ce député d’une université où il donnait une conférence sur le sujet, et qu’avaient prise d’assaut plusieurs dizaines d’opposants surexcités.

 

"Ça va péter !" : "Ce peuple va se lever !"


"La France est exaspérée : ça va péter !" , avait publiquement menacé, quelques heures avant cet incident, Christine Boutin : ex-ministre de Nicolas Sarkozy, et n°1 du Parti chrétien-démocrate, dont un des responsables régionaux a coordonné, mardi soir, la prise à partie du député PS. "Ce peuple va se lever !" , a renchéri mercredi le bras droit de Christine Boutin : Tugdual Derville, du mouvement radical anti-IVG "Alliance Vita".

Une ex-porte-parole de la "Manif pour tous", leader d’un "Collectif pour l’enfant", a d’ailleurs fait dissidence. Appelant à la "résistance" et à la "désobéissance civile", elle et ses troupes ont rejoint le mouvement catholique traditionaliste "Printemps français". Dénommé de la sorte en référence aux "Printemps arabes", ce groupuscule prêche la "contre-révolution" et l’"insurrection" face au pouvoir socialiste.

 

http://www.lalibre.be/actu/international/article/806171/hollande-face-a-un-printemps-francais.html

 

Tag(s) : #PRINTEMPS FRANCAIS

Partager cet article

Repost 0