Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La tragédie des chrétiens dans « l’enfer d’Alep »

L’Agence Fides nous transmet aujourd’hui le témoignage d’un prêtre d’Alep où la situation est devenue insupportable  pour les chrétiens cibles des tirs des rebelles : des morts, des destructions d’édifices religieux… D.H.

Les chrétiens d’Alep sont victimes de mort et de destruction suite aux combats qui, depuis des mois, intéressent leur ville. Les quartiers chrétiens, ces derniers temps, ont été frappés par les forces rebelles qui combattent l’armée régulière et ceci a provoqué l’exode des civils. C’est ce que déclare dans un message pressant envoyé à l’Agence Fides un prêtre gréco catholique d’Alep, auquel Fides préfère garantir l’anonymat pour raisons de sécurité.

Le message, intitulé : « Vivre en chrétiens dans l’enfer d’Alep » explique : « Depuis longtemps, les chrétiens d’Alep vivent dans des quartiers très proches entre eux : Sulaymaniyah, Aziziyah, Villas,Telefon Hawaii, Al Jabiriyah, Al Maydan, Al Surian, Al Tilal. Ces zones sont actuellement sous le contrôle de l’armée régulière syrienne alors que des zones proches sont occupées par l’opposition armée. C’est pourquoi nos quartiers font quotidiennement l’objet de bombardements et de tirs de francs-tireurs rebelles. Les bombardements sont parfois aveugles, sans but précis et ceci cause d’importants dommages aux maisons ou des victimes innocentes tels que des passants ».

Le prêtre dresse à Fides la liste des dernières victimes au sein de la communauté : « Nos derniers martyrs sont Fadi Samir Haddad, Elias Abdel Nour, Nichan Vartanian, Vartan Karbedjian, Maria Fahmeh et le petit Joël Fameh, toutes victimes innocentes ». Il passe ensuite en revue les dommages aux structures : « L’archevêché gréco catholique à Tilal a été intéressé par des dommages importants sachant que le Père Imad Daher a été blessé. Des tirs de mortier ont endommagé l’église de Saint Michel Archange tout comme un important monastère féminin à Aziziyya. Un édifice pastoral de la communauté gréco catholique, appelé l’Espérance, a été frappé, tuant trois personnes et faisant 10 blessés parmi les civils ». Le couvent de Sulaymaniyah des frères franciscains a lui aussi été touché et se trouve partiellement inhabitable.

Entre temps, poursuit le texte, « des bombes continuent à tomber sur le quartier d’Amildan, à majorité arménienne, bombes qui sont lancées par des groupes de l’opposition armée qui se trouvent à Bustan el-Bacha. Ces derniers ont tué plusieurs personnes et en ont blessé d’autres, détruisant de nombreuses maisons ». Certains groupes au sein de cette opposition multiforme dont font partie des formations djihadistes, « tirent sur les maisons et les édifices chrétiens afin de contraindre les occupants à fuir et en prendre possession par la suite » conclut le texte.

Source : Agence Fides

Posted in Brèves | Tagged  | Leave a comment

L’Asie du Sud est une zone de forte persécution pour les chrétiens

Plus de 6 000 cas de violences antichrétiennes en Inde au cours de dix premières années de ce siècle, la foi chrétienne interdite au Bhoutan, les chrétiens atrocement persécutés dans les pays musulmans : la situation des disciples du Christ se dégrade dans toute l’Asie du Sud. D.H.

« L’Asie du sud est une zone de fortes persécutions pour les chrétiens, qui sont soumis à la violence des radicaux islamiques hindous ou même bouddhistes » : c’est ce qu’affirme dans un entretien accordé à Fides John Dayal, laïc catholique indien, militant des droits humains et collaborateur de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale d’Inde. Intervenu à Rome dans le cadre de la présentation du Rapport sur la Liberté religieuse dans le monde de la Fondation pontificale Aide à l’Église en DétresseDayal livre à Fides une analyse sombre : « J’ai beaucoup voyagé et j’ai étudié les pays d’Asie du Sud tels que l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, le Bangladesh, le Népal, le Bhoutan, le Sri Lanka et les Maldives. Dans chacun de ces pays, les chrétiens font l’objet de pressions : ils manquent de la pleine liberté de foi ou souffrent de discriminations et de persécutions. Au Pakistan, en Afghanistan, au Bangladesh et aux Maldives, le danger est l’islamisme militant. Mais en Inde et au Népal, l’hindouisme radical ne l’est pas moins et prend des connotations poussées d’intolérance religieuse et de nettoyage ethnique et religieux. Au Bhoutan, le bouddhisme d’État n’admet pas d’autres communautés de foi et au Sri Lanka, des franges de bouddhistes radicaux pénalisent les chrétiens, notamment sur base ethnique ».

Selon Dayal, « l’extrémisme hindou en Inde ne doit pas être sous-évalué au niveau international, notamment parce que l’Inde est une puissance nucléaire ». « Violences, diffusion de la haine, crimes contre les minorités religieuses – poursuit-il – sont en hausse et frappent les communautés chrétiennes : la moyenne est de trois délits enregistrés par jour contre les chrétiens, surtout dans les États tels que l’Orissa, le Karnataka, le Rajasthan, le Gujarat, le Madhya Pradesh et le Chhattisgarh. Selon des données officielles, plus de 6 000 cas de violence antichrétienne ont été recensés au cours des dix premières années du XXIe siècle. Actuellement, on compte des milliers d’évacués chrétiens et de femmes victimes de la traite après les massacres de Kandhamal, en Orissa, en 2007 et 2008 ».

Les organisations auxquelles Dayal appartient, la All India Catholic Union et le All India Christian Council, demandent aux gouvernements des différents Etats indiens et au gouvernement fédéral de l’Inde de « sauvegarder les garanties constitutionnelles en ce qui concerne la liberté de foi, en combattant les discriminations de caste ou de religion » et en éliminant surtout « les formes structurelles de persécution », c’est-à-dire les lois qui interdisent la conversion d’une foi à une autre.

Source : Agence Fides

Posted in Brèves | Tagged  | Leave a comment

Le Synode des évêques souligne la « discrimination » et la « violence contre les chrétiens » en Europe

Lors de la deuxième congrégation du Synode des évêques réuni à Rome pour traiter de la nouvelle évangélisation, le cardinal Peter Erdö, archevêque d’Esztergom-Budapest, président de la Conférence épiscopale hongroise et président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE), a dénoncé la christianophobie qui s’installe en Europe. Voici un extrait de l’intervention du cardinal le 8 octobre. D.H.

« (…) dans la plus large partie du continent, c’est l’ignorance à propos de la foi chrétienne qui se répand. Beaucoup de mass-médias divulguent une présentation de la foi chrétienne et de l’histoire parfois débordante de calomnies, désinformant le public aussi bien sur le contenu de notre foi qu’à propos de la réalité de notre Église (…) La déchristianisation s’accompagne d’attaques juridiques répétées, et parfois physiques, contre la présence visible des manifestations de la foi.

Parmi les signes préoccupants de l’hostilité systématique, l’Observatoire européen de la christianophobie a pris acte de beaucoup de cas de discrimination et de violence contre les chrétiens dans presque tous les pays européens. Il n’est pas non plus rare que les tribunaux refusent l’aide aux victimes chrétiennes de ces attaques. L’écrasante majorité des cas de violence et de discrimination pour appartenance religieuse a lieu en Europe contre les chrétiens, surtout les catholiques. »

Source : Site du Vatican

Tag(s) : #Massacres des Chrétiens

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :