Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

à lire !cela vaux aussi pour la Belgique
Le pouvoir politique ne peut plus censurer internet car dépassé par le nombre d’internautes hostiles à l’islamisation de la France De nombreux groupes de résistance se sont constitués au fil des ans et communiquent entre eux, non seulement par des publications, organes de presse, conférences, meetings, mais surtout grâce à internet par emails et réseaux sociaux, dont l’ampleur est telle aujourd’hui qu’une surveillance systématique et une censure par les services de renseignement locaux s’avèrent difficiles voire impossibles, en tous cas fort délicats à mettre en application. Ces groupes de résistants rassemblent des écœurés et révoltés de tous bords : — identitaires, patriotes, nationalistes et autres « souchiens », qui voient leur territoire envahi avec des centaines de zones de non-droit où ils ne peuvent même plus pénétrer et où les lois de la république ne s’appliquent plus, aggravé par le fait que leur souveraineté nationale est mise en question au sein même de l’Europe-des-régions, — pieds-noirs, qui n’ont pas digéré la valise ou le cercueil d’hier, et aujourd’hui le projet de repentance, — juifs, visés en première ligne par l’islam à cause du conflit israélo-palestinien, et que le Coran voue à l’extermination, — chrétiens, dont la religion d’amour s’oppose en tous points à la religion de mort, et dont les massacres de chrétiens dans le monde par des musulmans leur sont insupportables, — athées, qui ne supportent pas la reconquête religieuse du pouvoir, dont la remise en question de la loi de 1905 sur la laïcité et le financement de mosquées, — apostats musulmans, condamnés à mort par l’islam, à la merci d’un fanatique, — apostats de gauche et apostats de droite, qui estiment avoir été trahis par l’UMPS, — journalistes muselés ou remerciés pour avoir rapporté des vérités censurées, — hommes et femmes politiques traînés dans la boue, dont la droite patriote qualifiée de raciste et de « bête immonde », – philosophes et écrivains obligés de se cacher sous la menade d’une fatwa, — défenseurs des animaux profondément choqués par le traitement cruel des bêtes par les musulmans, notamment lors de l’abattage rituel halal sans étourdissement comme de l’horrible massacre des moutons pour l’Aïd-el-Adha, — médecins et accoucheurs tabassés dans leurs hôpitaux par des islamistes refusant que leur femme soit examinée ou soignée par des hommes, — victimes d’agressions condamnées par une justice partisane, et Blancs victimes de racisme anti-Blanc puis condamnés au profit d’associations droit-de-l’hommistes à sens unique, — militaires, gendarmes, CRS et policiers désavoués dans l’exercice de leurs missions et souvent condamnés par le pouvoir politico-judiciaire, — esprits libres nés musulmans, et devenus apostats, qui ne veulent plus entendre parler de l’islam et de ses archaïsmes, et veulent vivre dans la modernité, — et sans doute bien d’autres mécontents voire furieux d’être contraints de manger halal et de financer mosquées et festivités musulmanes par leurs impôts, contribuables scandalisés par les détournements de la Sécu par certains Maghrébins et la dilapidation d’aides sociales au profit de pseudo-chômeurs immigrés, travailleurs excédés de payer pour les autres, chefs d’entreprises confrontés au jeûne du Ramadan et aux heures de prière, responsables de cantines et crèches contraints de supprimer le porc de leurs menus, commerçants menacés parce qu’ils vendent de l’alcool ou du saucisson, restaurateurs sommés de fermer pendant le ramadan, libraires du 93, loueuses de gîtes en montagne, habitants confrontés aux prières de rues, passants injuriés ou agressés, crachats, regards haineux, tabassages, harcèlements et viols en réunion de jeunes filles, drogues, raps menaçants et insultants, voitures brûlées…, qui vu leur nombre et leur fréquence ne peuvent plus être qualifiés de faits divers, bref jeunes et vieux qui, au-delà de leurs différences et de leur engagement personnel, partagent le même attachement à leur culture, à leurs valeurs, à leur langue, à leur terre ancestrale, à leur histoire, à leur mémoire. Le pouvoir peut difficilement s’opposer au domaine sacré de la patrie tant il est naturel et légitime d’aspirer à vivre en paix chez soi, sur la terre de ses pères et dans le respect et l’amour de son histoire et de ses valeurs. D’où la réaction prévisible des Français autochtones. Submergé par le nombre d’internautes hostiles à l’islamisation de la France et au remplacement de sa population par une autre n’ayant pas les mêmes valeurs, le pouvoir politique ne peut plus censurer internet. De plus, une telle mesure liberticide ne serait pas acceptée par le peuple dans son ensemble. Voici donc ce pouvoir pris entre la peur des émeutes racailles et/ou islamistes, et maintenant la peur des émeutes que pourraient déclencher en réaction les patriotes. L’armée et les forces de l’ordre étant patriotes par essence, le pouvoir socialiste actuel, qui sait ne pas disposer de la réelle majorité des électeurs, a une marge de manœuvre fort réduite. « N’oublions pas que la France est en passe d’atteindre le seuil de tolérance sociologique (environ 10% d’étrangers) au-delà duquel un déséquilibre s’établit et des troubles éclatent, ici dans un climat de guerre civile en présence d’un certain nombre de barbares islamistes du Dar-el-islam qui s’estiment en devoir de conquête du Dar-el-harb (« la Maison de la guerre ») comme le Coran c’est-à-dire leur dieu Allah leur en intime l’ordre, ajoutant à cela une petite partie de la communauté d’expatriés maghrébins et africains animés envers leur ancien colonisateur d’un fort ressentiment doublé d’un complexe d’infériorité soigneusement dissimulé. Leur désir de revanche s’exprime notamment par leur refus d’intégration. Il est très important que les Français comprennent que les vêtements islamistes, en particulier le qamis des hommes, ne sont pas des vêtements traditionnels (comme la jellaba) mais les uniformes militaires des soldats d’Allah en campagne, ces vêtements n’ayant jamais, jamais, JAMAIS existé auparavant dans les pays maghrébins d’où proviennent la plupart des émigrés. Tout musulman en qamis nous provoque en s’affichant comme notre ennemi, et devrait être traité comme tel suivant les lois de la guerre — puisqu’il se proclame lui-même en guerre, le fameux jihad, contre l’Occident. Il nous fait peur car nous le savons violent, mais nous ne devons pas le tolérer.
Le pouvoir politique ne peut plus censurer internet car dépassé par le nombre d’internautes hostiles à l’islamisation de la France

De nombreux groupes de résis
tance se sont constitués au fil des ans et communiquent entre eux, non seulement par des publications, organes de presse, conférences, meetings, mais surtout grâce à internet par emails et réseaux sociaux, dont l’ampleur est telle aujourd’hui qu’une surveillance systématique et une censure par les services de renseignement locaux s’avèrent difficiles voire impossibles, en tous cas fort délicats à mettre en application.

Ces groupes de résistants rassemblent des écœurés et révoltés de tous bords :

— identitaires, patriotes, nationalistes et autres « souchiens », qui voient leur territoire envahi avec des centaines de zones de non-droit où ils ne peuvent même plus pénétrer et où les lois de la république ne s’appliquent plus, aggravé par le fait que leur souveraineté nationale est mise en question au sein même de l’Europe-des-régions,

— pieds-noirs, qui n’ont pas digéré la valise ou le cercueil d’hier, et aujourd’hui le projet de repentance,

— juifs, visés en première ligne par l’islam à cause du conflit israélo-palestinien, et que le Coran voue à l’extermination,

— chrétiens, dont la religion d’amour s’oppose en tous points à la religion de mort, et dont les massacres de chrétiens dans le monde par des musulmans leur sont insupportables,

— athées, qui ne supportent pas la reconquête religieuse du pouvoir, dont la remise en question de la loi de 1905 sur la laïcité et le financement de mosquées,

— apostats musulmans, condamnés à mort par l’islam, à la merci d’un fanatique,

— apostats de gauche et apostats de droite, qui estiment avoir été trahis par l’UMPS,

— journalistes muselés ou remerciés pour avoir rapporté des vérités censurées,

— hommes et femmes politiques traînés dans la boue, dont la droite patriote qualifiée de raciste et de « bête immonde »,

– philosophes et écrivains obligés de se cacher sous la menade d’une fatwa,

— défenseurs des animaux profondément choqués par le traitement cruel des bêtes par les musulmans, notamment lors de l’abattage rituel halal sans étourdissement comme de l’horrible massacre des moutons pour l’Aïd-el-Adha,

— médecins et accoucheurs tabassés dans leurs hôpitaux par des islamistes refusant que leur femme soit examinée ou soignée par des hommes,

— victimes d’agressions condamnées par une justice partisane, et Blancs victimes de racisme anti-Blanc puis condamnés au profit d’associations droit-de-l’hommistes à sens unique,

— militaires, gendarmes, CRS et policiers désavoués dans l’exercice de leurs missions et souvent condamnés par le pouvoir politico-judiciaire,

— esprits libres nés musulmans, et devenus apostats, qui ne veulent plus entendre parler de l’islam et de ses archaïsmes, et veulent vivre dans la modernité,

— et sans doute bien d’autres mécontents voire furieux d’être contraints de manger halal et de financer mosquées et festivités musulmanes par leurs impôts, contribuables scandalisés par les détournements de la Sécu par certains Maghrébins et la dilapidation d’aides sociales au profit de pseudo-chômeurs immigrés, travailleurs excédés de payer pour les autres, chefs d’entreprises confrontés au jeûne du Ramadan et aux heures de prière, responsables de cantines et crèches contraints de supprimer le porc de leurs menus, commerçants menacés parce qu’ils vendent de l’alcool ou du saucisson, restaurateurs sommés de fermer pendant le ramadan, libraires du 93, loueuses de gîtes en montagne, habitants confrontés aux prières de rues, passants injuriés ou agressés, crachats, regards haineux, tabassages, harcèlements et viols en réunion de jeunes filles, drogues, raps menaçants et insultants, voitures brûlées…, qui vu leur nombre et leur fréquence ne peuvent plus être qualifiés de faits divers, bref jeunes et vieux qui, au-delà de leurs différences et de leur engagement personnel, partagent le même attachement à leur culture, à leurs valeurs, à leur langue, à leur terre ancestrale, à leur histoire, à leur mémoire.

Le pouvoir peut difficilement s’opposer au domaine sacré de la patrie tant il est naturel et légitime d’aspirer à vivre en paix chez soi, sur la terre de ses pères et dans le respect et l’amour de son histoire et de ses valeurs.

D’où la réaction prévisible des Français autochtones. Submergé par le nombre d’internautes hostiles à l’islamisation de la France et au remplacement de sa population par une autre n’ayant pas les mêmes valeurs, le pouvoir politique ne peut plus censurer internet. De plus, une telle mesure liberticide ne serait pas acceptée par le peuple dans son ensemble.

Voici donc ce pouvoir pris entre la peur des émeutes racailles et/ou islamistes, et maintenant la peur des émeutes que pourraient déclencher en réaction les patriotes. L’armée et les forces de l’ordre étant patriotes par essence, le pouvoir socialiste actuel, qui sait ne pas disposer de la réelle majorité des électeurs, a une marge de manœuvre fort réduite.

« N’oublions pas que la France est en passe d’atteindre le seuil de tolérance sociologique (environ 10% d’étrangers) au-delà duquel un déséquilibre s’établit et des troubles éclatent, ici dans un climat de guerre civile en présence d’un certain nombre de barbares islamistes du Dar-el-islam qui s’estiment en devoir de conquête du Dar-el-harb (« la Maison de la guerre ») comme le Coran c’est-à-dire leur dieu Allah leur en intime l’ordre, ajoutant à cela une petite partie de la communauté d’expatriés maghrébins et africains animés envers leur ancien colonisateur d’un fort ressentiment doublé d’un complexe d’infériorité soigneusement dissimulé. Leur désir de revanche s’exprime notamment par leur refus d’intégration.

Il est très important que les Français comprennent que les vêtements islamistes, en particulier le qamis des hommes, ne sont pas des vêtements traditionnels (comme la jellaba) mais les uniformes militaires des soldats d’Allah en campagne, ces vêtements n’ayant jamais, jamais, JAMAIS existé auparavant dans les pays maghrébins d’où proviennent la plupart des émigrés. Tout musulman en qamis nous provoque en s’affichant comme notre ennemi, et devrait être traité comme tel suivant les lois de la guerre — puisqu’il se proclame lui-même en guerre, le fameux jihad, contre l’Occident. Il nous fait peur car nous le savons violent, mais nous ne devons pas le tolérer.

 

FaitdiversFrance

Insécurité en France: Pas de racailles dans nos quartiers ! Pas de quartier pour les racailles !

 

http://faitdiversfrance.wordpress.com/

 


Tag(s) : #Démocratie liberté d'expression

Partager cet article

Repost 0