Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maine-et-Loire : « Touche pas à mon église ! »

3 février 2013

Maine-et-Loire : « Touche pas à mon église ! »

Ci-dessus : l’église néo-gothique de Gesté – crédit : DR

03/02/2013 – 08h00
ANGERS (NOVOpress) — En Anjou, des villages se mobilisent pour sauver leurs églises menacés de destruction par des élus qui veulent raser le passé de leur communes.

Le département du Maine-et-Loire compte de nombreuses églises du XIXème siècle reconstruites après les destructions de la Révolution. De grandes dimensions, correspondant à la ferveur religieuse du moment, construites en tuffeau, matériau fragile, elles ont surtout souffert d’un manque cruel d’entretien durant ces 50 dernières années, coïncidant avec le grand reflux de la pratique religieuse. Un certain nombre d’entre elles sont aujourd’hui dans le collimateur de maires iconoclastes, sous prétexte que leur entretien présente de trop lourdes charges pour de petites communes rurales et qu’elles n’ont plus d’utilité dans une société largement déchristianisée.


Mais c’était sans compter sur l’attachement des populations à leur clocher, qu’elles soient pratiquantes ou non. Les habitants voient d’abord leurs églises comme des marqueurs identitaires de leur village et n’entendent pas à ce qu’on les prive ainsi de leur mémoire. Dans deux communes du Maine-et-Loire, la résistance s’est organisée…

À Gesté tout d’abord, dans les Mauges, au cœur de ce qui fut le pays insurgé pendant les guerres de Vendée, le conseil municipal décida en 2007 de raser l’église de la commune, imposant vaisseau néo-gothique dont la silhouette marque le paysage à des kilomètres à la ronde, pour construire en lieu et place une hideuse salle polyvalente. Mais quelques villageois regroupés au sein de l’association de défense « Mémoire vivante du patrimoine gestois » résistèrent avec opiniâtreté en menant une intense campagne de lobbying auprès des associations de défense du patrimoine et des médias mais aussi et surtout en livrant une véritable guerre de tranchée juridique contre la municipalité : expertise, contre-expertise portant sur l’état sanitaire de l’église, recours au tribunal administratif, cours administrative d’appel, conseil d’État.

Dans ce marathon judiciaire, après un premier jugement du tribunal administratif de Nantes validant la décision de destruction, les opposants remportèrent une première victoire devant la cour administrative d’appel de Nantes qui annula en février 2012 l’arrêté municipal de démolition partielle de l’église, contestant l’affirmation de la mairie que le bâtiment menaçait ruine. Cette décision fut confirmé par le Conseil d’État en décembre 2012, rejetant formellement la demande de pourvoi en cassation de la Mairie de Gesté qui voulait faire annuler la décision de la cour administrative d’appel. La mairie a ainsi épuisé tous les recours, et cette décision exemplaire devrait faire jurisprudence. L’église semble donc sauvée grâce à la ténacité d’une poignée d’habitants courageux attachés à l’identité de leur village.

À Sainte-Gemmes d'Andigné, la risposte s'organise

À Sainte-Gemmes d’Andigné, la risposte s’organise. Crédit : patrimoine-religieux.fr

Toujours en Anjou, 60 km plus au nord, à Sainte-Gemmes d’Andigné, le maire de la commune, empreint de modernisme, avec la complicité du clergé local, voudrait lui aussi raser la vénérable église au cœur du vieux bourg historique pour « revitaliser le centre du village ». L’église est pourtant en parfait état et est toujours ouverte au culte. Elle est, de plus, considérée comme un splendide témoignage de l’architecture néo-gothique du XIXème siècle.

Là encore, la riposte s’organise, une association de défense est créée. Les « indignés d’Andigné », comme ils se surnomment eux-mêmes, se mobilisent massivement, des réunions d’information font salle comble, les médias sont alertés, des banderoles de contestation au projet de démolition se multiplient aux entrées de la ville et sur les façades des maisons : « touch’pas à mon église, c’est mon histoire ». Là encore, le phénomène dépasse largement les paroissiens : « l’église fait partie du paysage, enlevez-là et vous enlèverez toute l’âme du village » témoigne Nathalie (Le Figaro – 8 avril 2012). C’est bien un véritable sursaut identitaire qui caractérise la réaction des habitants, une pétition réclamant un référendum rassemble 400 signatures de Gemmois (la commune compte 1300 habitants…). « Sur de telles questions, ce n’est pas la démocratie représentative qui doit s’exprimer mais la démocratie directe » souligne fort justement le président de l’association de sauvegarde Benoît Pattier. L’équipe municipale pourtant s’arc-boute sur sa décision et refuse de consulter la population, mais les vents tournent et l’on voit mal comment le maire pourrait mener à terme son projet destructeur face à la mobilisation des habitants, perspective des prochaines échéances municipales, éventualité d’un classement d’urgence, voire au pire recours contentieux qui bloquerait la procédure, la vénérable église de Sainte-Gemmes d’Andigné, protégée par ses villageois, en fronde contre leurs élus, a sans doute encore de beaux jours devant elle…

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]
Tag(s) : #IDENTITE NATIONALE RIPOSTE

Partager cet article

Repost 0