Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIDEOS. Marche des salopes : «La jupe n'est pas une invitation au viol»

Paris, samedi. Environ 400 personnes ont défilé dans les rues de Paris, Strasbourg, Toulouse, Rouen, Lille et Lyon ce samedi après-midi à l'appel du collectif SlutWalk France (Marche des salopes), au nom des victimes de viols et d'agressions sexuelles qui subissent selon elles une forme de «culpabilisation» et un manque d'accompagnement en France. ( AFP / THOMAS SAMSON )

28.09.2013, 16h32 | Mise à jour : 19h03

 
Une centaine de personnes, essentiellement des femmes, ont défilé dans les rues de ce samedi après-midi à l'appel du collectif SlutWalk France ( des salopes), au nom des victimes de viols et d'agressions sexuelles qui subissent, selon elles, une forme de «culpabilisation» et un manque d'accompagnement en France.
 
«Non, c'est non. Un viol n'est jamais ni consenti, ni provoqué, ni de la faute de la victime !», pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants qui ont relié le square Boucicaut (7ème arrondissement) et la place du Panthéon (5ème).

D'autres rassemblements similaires ont eu lieu en province, notamment à Strasbourg (Bas-Rhin), où quelque 70 manifestants se sont réunis place Kléber, et à Rouen (Seine-Maritime), où des dizaines de pancartes ont été brandies devant la mairie. Ils étaient également une cinquantaine à Lyon, une quarantaine à Lille (Nord) et environ 120 à Toulouse (Haute-Garonne).

 «Ceci est une jupe, pas une invitation»

C'est la troisième année consécutive que ce mouvement, né en  2011 à Toronto, se perpétue en France. Il avait vu le jour dans la métropole canadienne après qu'un policier, invité à un forum de prévention dans une université, avait lâché devant un groupe d'étudiants interloqués que «les femmes devraient arrêter de s'habiller comme des salopes si elles ne veulent pas être victimes». Pour dénoncer ce préjugé, les manifestantes ont privilégié les tenues légères ce samedi. Certaines ont arboré des jupes, des shorts et des soutiens-gorge portés par-dessus le T-shirt, en brandissant des panneaux estampillés «Ceci est une jupe, pas une invitation». D'autres avaient le torse frappé d'un «non» ou d'un «pas touche!».

VIDEO. Marche des salopes à Paris : «Mon short n'est pas une invitation»



>> Voir les images de la Marche des Salopes de 2011 à Paris

«Le but est à la fois de dénoncer le viol, mais aussi le traitement que subissent les victimes de la part de la police et de la famille, le fait de faire reposer la responsabilité sur elle en lui disant "Tu n'aurais pas dû t'habiller comme ça" ou "Tu n'aurais pas dû boire"», a expliqué à l'AFP une manifestante de 21 ans Claire Ménard, étudiante.

Pour l'organisatrice de la SlutWalk française, Gaëlle Hym, «il y a beaucoup de progrès à faire». «En France on impose des parcours odieux aux victimes de viol, on leur fait par exemple traverser la ville pour faire des examens, on veut que ça change. C'est incroyable qu'il y ait encore des viols dans les RER, les trains, alors qu'on pourrait mettre des caméras», s'est-elle indignée.

Une pétition pour réclamer un meilleur suivi des victimes

L'association a mis en ligne une pétition adressée au président de la République François Hollande, qui a récolté 1380 signatures. «Nous en avons assez de vivre dans un système qui minimise l’agression sexuelle, la violence et le harcèlement, légitimant non seulement ces actes violents, mais blâmant aussi, parfois, leurs victimes», indique le texte, rappelant que «chaque année, on dénombre dans notre pays : 198 000 agressions sexuelles dont 75 000 viols, soit 206 personnes victimes de viol par jour» et que «seulement 10 % des victimes portent plainte».

Le collectif réclame notamment la mise en place d'observatoires des violences sexuelles et l'ouverture de centres d'accueil d'urgence départementaux, pour assurer un meilleur suivi des victimes, dénonçant le retard de la France en la matière par rapport à certains de ses voisins. «L’Espagne a mis en place des tribunaux spécifiques dédiés aux violences conjugales et sexuelles et a obtenu une baisse significative de ces agressions. (...)  En Suède, les centres d’aide aux victimes de viol font un travail d’accompagnement remarquable. Aux Etats-Unis, les Rape Crisis Centers sont ouverts 24h/24... Ne pouvons-nous pas nous en inspirer ?», s'interroge Slutwalk.

VIDEO. Interview de l'organisatrice de la «Marche des salopes» de Rouen


Ces «slut pride» n'ont pas eu lieu qu'en France cet après-midi. Elles se sont également tenues à Philadelphie, aux Etats-Unis, ainsi qu'à Johannesburg et Durban, en Afrique Durban. Depuis 2011, lus de 250 villes dans le monde ont organisé des marches similaires.

>> Voir les images de la Marche des Salopes de 2011 à Berlin et Washington

VIDEO. Marche des salopes à Strasbourg



VIDEO : En 2011, une «marche des salopes» réunit des milliers de personnes à Londres

http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/marche-des-salopes-elles-denoncent-le-sort-reserve-aux-victimes-de-viols-28-09-2013-3178175.php
Tag(s) : #ANTI-BLANCS - anti Catho - discrim.

Partager cet article

Repost 0