Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'IMMACULEE CONCEPTION


Le 8 décembre 1854, le Pape Pie IX déclare solennellement l'Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie :

"Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine, qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement, et constamment par tous les fidèles." (Bulle Ineffabilis Deus)

"Il convenait que Dieu la préservât de la faute originelle, puisqu’il la destinait à briser la tête du serpent infernal qui, en séduisant nos premiers parents, procura la mort à tous les hommes. Or, si Marie devait être la femme forte placée dans le monde pour vaincre Lucifer, il ne convenait pas assurément qu’elle fût d’abord vaincue par Lucifer et devînt son esclave : il est beaucoup plus conforme à la raison qu’elle fut exempte de toute tache et de tout assujettissement au démon." (Saint Alphonse de Liguori, docteur de l'Eglise cité in Oeuvres complètes du Bienheureux Saint Alphonse-Marie De Liguori in Les Gloires de Marie, Premier discours)

Cette fête exista au XIème siècle en Normandie; déjà à cette époque elle est connue en Irlande et en Angleterre. Les grands Ordres religieux - bénédictins, franciscains - en étendent la dévotion. Au XVème siècle, un Pape franciscain (Sixte IV) fit édifier en l'honneur de l'Immaculée, la Chapelle Sixtine.

Il est conseillé en ce jour de réciter les litanies de l'Immaculée conception (1).

Les miracles qui ont entouré la proclamation du dogme de l'Immaculée Conception

 
La croyance à l'Immaculée Conception de Marie est appuyée sur de nombreux miracles. On peut penser, entre autres, à la vision prodigieuse et à la rapide propagation de la médaille miraculeuse à l'effigie de Marie conçue sans péché, (suivant la demande de la sainte Vierge) révélée à Paris en 1830 par une religieuse, sainte Catherine Labouré ; médaille que les pieux fidèles portent comme une source permanente de grâces de tout genre, qu'ils ne cessent d'obtenir par l'intercession de la Mère de Dieu, vénérée, révérée et invoquée sous ce titre de Marie conçue sans péché.  Un des miracles que l'on accorde par exemple à la médaille miraculeuse est notamment la conversion à Rome dans l'église saint André, du juif Alphonse Ratisbonne au catholicisme après avoir porté une médaille miraculeuse (6 janvier 1842).                   

Bien sûr, nous ne pouvons pas ne pas parler ici de l'apparition et des miracles de Notre Dame à Lourdes.

                                                                

"Que soy era immaculada councepciou"
 "Je suis l'Immaculée Conception"  
 (25 mars 1858 en la fête de l'Annonciation)
  
IMMACULÉE CONCEPTION 
de la Bienheureuse Vierge Marie
(8 décembre)

Là encore, des milliers de grâces abondent et des guérisons extraordinaires surviennent. Comment un incrédule devant ces faits peut-il continuer à rejeter devant ces faits cette vérité de foi qu'est l'Immaculée Conception ? Plus de 7.000 cas de guérisons inexpliquées ont été enregistrés à Lourdes depuis 1883 par les médecins (source : Le Figaro du 07/12/2011). Mais l'Eglise catholique n'en a formellement et solennellement déclaré miraculeuses que 67. Encore en 2012, deux guérisons miraculeuses ont été déclarés par les médecins du Comité Médical International de Lourdes (C.M.I.L.).            

Que Notre Dame, l'Immaculée Conception, nous enrichisse plus que jamais de ses grâces et qu'elle fasse revenir les égarés au bercail de l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique !


Ayant décidé de toute Éternité, de faire de Marie la Mère du Verbe incarné, Dieu voulut qu’elle écrasât dès le premier instant de sa conception la tête du serpent. Il l’entoura « d’une parure de sainteté » et fit de son âme, « qu’Il préserva de toute tache, une habitation digne de Son Fils ». Dès le VIIIe siècle, on commémorait en Orient le 9 décembre, au IXe siècle, en Irlande, le 3 mai et au XIe siècle, en Angleterre, le 8 décembre la fête de la « Conception » de la Vierge.

Les bénédictins avec saint Anselme, et les franciscains avec Duns Scot (mort en 1308) furent favorables à la fête de « l’immaculée Conception » célébrée dès 1128 dans les monastères anglo-saxons. Au XVe siècle, le Pape Sixte IV, franciscain, fit construire au Vatican la chapelle Sixtine en l’honneur de la Conception de la Vierge.

Et le 8 décembre 1854, Pie IX proclama officiellement ce grand dogme en se faisant l’écho de toute la tradition chrétienne que résume la parole de l’Ange : « Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre les femmes ». « Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tache originelle n’est point en vous », dit avec vérité le verset alléluiatique de la Messe.

Comme l’aurore, messagère du jour, Marie précède l’Astre qui illuminera bientôt le monde des âmes. Introductrice de son Fils, c’est elle qui se présente la première dans le cycle liturgique.

Demandons à Dieu « de nous guérir et de nous délivrer de toutes nos fautes », afin que, recevant cette vertu qui est propre à la fête de l’Immaculée, nous soyons plus dignes d’accueillir Jésus dans nos cœurs lorsqu’Il y viendra le 25 décembre.

LA FOI À L’IMMACULÉE CONCEPTION

La Foi à l’Immaculée Conception est immémoriale dans l’Église ; toutefois la proclamation officielle, définitive et infaillible de ce dogme ne date que du 8 décembre 1854, époque où le pape Pie IX, dans une solennité incomparable, imposa cette croyance à tous les fidèles.

Une immense acclamation de joie fit écho dans tout l’univers à la parole du Pontife, et le Ciel lui-même donna son témoignage quatre ans plus tard. L’Apparition de Lourdes eut lieu au commencement de l’année 1858 ; Marie venait dire au monde : « Je suis l’Immaculée Conception ! » utilisant le titre que l’Église venait de lui décerner. Et surtout ne disons pas cette énormité théologique assez répandue qui consiste à dire que la Sainte Vierge serait venue « confirmer » un dogme de l’Église !

Ce privilège accordé à la Sainte Vierge, avait été prédit et figuré dès l’origine du monde : par son Immaculée Conception, Marie devait écraser la tête du serpent qui a introduit le péché originel sur la terre. Par son Immaculée Conception, elle est le lis parmi les épines. Par son Immaculée Conception, elle est la toison de Gédéon, tour à tour demeurant seule sèche au milieu de la terre couverte de rosée, ou seule humectée de rosée au milieu de la terre demeurée sèche…

Comment pourrait-on raisonnablement supposer Marie un instant souillée du péché originel ? La Mère de Dieu devait être une demeure toute pure, un tabernacle sans tache pour le Fils de Dieu. Si la gloire des parents rejaillit sur leurs enfants, il en est ainsi de leur déshonneur ; la tache originelle, en Marie, rejaillirait donc sur Jésus-Christ Lui-même, ce qu’on ne peut admettre sans faire injure à la sagesse de Dieu. Non, Satan n’eût jamais pu dire au Sauveur : « Toi qui prétends vaincre ma puissance, souviens-Toi que j’ai régné sur Ta Mère ». L’Immaculée Conception est digne de Dieu, digne de Jésus-Christ, digne de Marie.

Cette grâce insigne établit déjà Marie, dès le commencement de son existence, dans un ordre à part. L’homme qui naît souillé du péché originel est sujet à la concupiscence ; Marie doit être exempte de tout penchant au mal, ses sens aussi bien que sa volonté tendent parfaitement à Dieu ; en elle, nulle faute, même involontaire ; si Jésus est impeccable par nature, Marie est impeccable par grâce ; en Marie enfin, nulle imperfection : « Vous êtes toute belle, est-il écrit, et il n’y a point de tache en vous. »

Ô vérité consolante pour nous ! Si Marie n’a jamais subi en aucune manière les atteintes du démon, comme, à notre prière, elle saura nous rendre forts contre lui ! Si elle n’a jamais connu l’ombre du péché, comme elle sera puissante pour nous en préserver ou nous en délivrer ! Gloire à Dieu dans l’Immaculée Conception de Marie !

Pour une âme qui veut ressembler à la Très Sainte Vierge, il n’y a qu’une ligne de conduite qu’elle peut toujours suivre sans crainte de s’égarer : le devoir ou la volonté de Dieu…, faire ce que Dieu veut qu’elle fasse ; il n’y a rien de meilleur. Dans ce seul mot se trouve la perfection de la vie de la Très Sainte Vierge. Et c’est en accomplissant chaque jour, heure par heure et minute par minute, cette volonté de Dieu —ce qui n’est d’ailleurs pour nous tous qu’un devoir de justice— que nous mériterons d’entendre de la bouche de Notre-Seigneur la parole que l’on redit à la Très Sainte Vierge en ce jour de son Immaculée Conception : « tota pulchra es… Vous êtes toute belle, ô ma bien-aimée, et il n’y a pas de tache en vous. »  (R.P. Berthier, o.p.)
 

Cette fête est l'occasion de réfuter l'erreur "orthodoxe" qui nie l'Immaculée Conception et de faire taire la polémique qui plane autour de saint Thomas d'Aquin, selon laquelle il aurait niée l'Immaculée Conception :

I) Réfutation de l'erreur "orthodoxe" disant 

 « Selon le dogme romain, le Mère de Dieu fut avant sa naissance, libérée de la puissance du péché originel et elle ne pouvait pécher. L’Eglise Orthodoxe enseigne que le Sainte Vierge fut innocente de tout péché, mais elle le fut par le fait de son propre « exploit » et aidée par la grâce de Dieu.».

En clair, les « Orthodoxes » pensent que la Très Sainte Vierge avait le péché originel mais qu'elle a vaincu toute tentation. Les citations suivantes qui sont de Saints reconnus comme tels par l'"Orthodoxie" la contredisent sur ce point :

Saint André, Apôtre :  "Le premier homme a amené la mort par le bois de la prévarication ; il fallait que, par le bois de la Passion, la mort fût expulsée du séjour qu'elle avait usurpé. Le premier homme ayant donc été créé et formé de la terre encore immaculée, il fallait que d'une Vierge Immaculée naquît l'homme parfait par lequel le Fils de Dieu, qui d'abord avait créé l'homme, réparerait la vie éternelle que les hommes avaient perdue par Adam." (Lettre au proconsul Egée retrouvée dans les actes du martyre de St André. (Voir leCalendrier de l'Eglise de Constantinople de Morcelli, au 30 novembre. Sunios, ad diem 30 nov.; Kalendarum Ecclesiae C P., tom. I, pag. 249.)

Origène, Père de l'Eglise, surnomme la Sainte Vierge "formée dans la grâce, pleine de grâce et n'ayant pas été atteinte du souffle pestilentiel de Satan" (Homilia IV, in Lucam). Ailleurs, il écrit que la Vierge Marie est la "Mère digne de Dieu, Mère Immaculée d'un Fils saint et Immaculé, l'unique Mère Immaculée; c'est un trésor du Ciel, contenant les richesses de la Divinité, la sainteté la plus parfaite et la plus complète. Elle n'a point été trompée par les insinuations perfides du serpent infernal, ni infectée de son souffle venimeux". (Homil. I ex decem Homil. in diversa loca Nov. Test. In cap. I Matth.) 

- Saint Ephrem, Père et Docteur de l'Eglise, surnommé le Diacre d'Edesse, la Harpe de l'Esprit, Soleil des syriens, ou encore, Colonne de l'Eglise, vers l'an 365, appelle la 'Vierge Marie Immaculée, très-Immaculée, nouveau don de Dieu, divin trône de Dieu, Reine toujours bénie, prix de la rançon d'Eve, source de grâce et d'immortalité, fontaine scellée de l'Esprit-Saint, très-divin Temple, siège de pureté pour la Majesté divine. Elle a, dit-il, écrasé la tête du perfide dragon; toujours elle a été intègre et Immaculée, tant du corps que de l'âme. Cette Vierge Mère de Dieu est intacte, entièrement pure, chaste, plus sainte que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse que tous les autres Esprits célestes (Orat. ad S. Dei Matrem. — Oratio exomologetica: Opera S. Ephrem Syri, edit. Romae, tom. III, pag. 545, 517, 548, 549.).

Saint Epiphane, Archevêque de Salamine, Père de l'Eglise, en 370: "Dieu seul excepté, la brebis immaculée, la Mère de l'Agneau sans tache était plus belle en sa nature que les Chérubins, les Séraphins et toute l'armée des Anges." (In ultimo sermone de Nativitate Domini).
Saint Cyrille d'Alexandrie, Père et Docteur, au V° siècle  : "Tous les hommes, excepté celui qui est né de la Vierge, excepté cette Vierge sacrée, naissent avec le péché originel." (In Evang. Juan., 1, VI, cap. 15.Opéra, Basileae, 1566.)

Saint Ambroise de Milan (340-397), évêque de Milan, Père et Docteur de l’Eglise : "Marie, une Vierge non seulement incorrompue, mais une Vierge que la grâce a rendue inviolée, libre de toute trace de péché." (Commentaire du ps 118, 22, 30)

Concile de Chalcédoine en 451 : « Mais nouvelle naissance aussi, parce que la Vierge sans tache, sans connaître d'ailleurs la convoitise, a cependant fourni sa chair au Fils de Dieu. »

Saint AugustinPère et Docteur de L'Eglise (354-420) écrit : "Ainsi donc, à l’exception de la sainte Vierge Marie, dont il ne saurait être question quand je traite du péché et dont je ne saurais mettre en doute la parfaite innocence, sans porter atteinte à l’honneur de Dieu ; car celle qui a mérité de concevoir et d’enfanter l’innocence même, le Verbe incarné, pouvait-elle ne pas recevoir toutes les grâces par lesquelles elle serait victorieuse de tout péché quel qu’il fût?" (De la nature et de la grâce, 42).

Saint Anselme de CantorbéryDocteur de l'Église (1033-1109) dit: « Il convenait que la conception de l'Homme-Dieu eût lieu dans le sein de Marie très-pure, et d'une pureté telle qu'après Dieu on ne pût en concevoir une plus grande. »
Saint Anselme de CatorbéryDocteur de l'Église (1033-1109) : «La pureté s'apprécie par l'éloignement de son contraire; et voilà pourquoi il est possible de trouver quelque créature plus pure que les autres choses créées, à savoir, si elle n'a été infectée d'aucune contagion du péché; et telle a été la pureté de la Bienheureuse Vierge, qui a été exempte du péché originel et du péché actuel4. » 
 
 Notes:
N°1: La notion de Docteur de l'Eglise n'est pas reconnu par les grecs, mais celle de Père de l'Eglise, oui.
N°2: Saint Anselme de Cantorbéry n'est reconnu ni comme docteur de l'Eglise ni même comme saint par l'"Orthodoxie", cependant, il a commencé à enseigner avant le schisme.
N°3:  Il faut aussi avoir en tête la citation de saint Alphonse de Liguori, plus haut car elle porte en elle-même un argumentation; ce qui suit sur saint Thomas peut aussi avoir valeur d'argument.
 II) Saint Thomas et l'Immaculée Conception:
 Certains ont prétendu et prétendent toujours que saint Thomas aurait nié l'Immaculée Conception, trois études théologiques ont été menées sur le sujet et démontre que c'est faux, les voici:
 - Le Révérend-Père Spada dans Saint Thomas d'Aquin et l'Immaculée Conception,  paru en 1863 (317 pages)

"Tous les enfants d'Adam sont conçus en péché, excepté la très pure et très digne Vierge Marie, qui a été entièrement préservée de tout péché originel et véniel." (Saint Thomas d'Aquin, Commentaires sur le chapitre troisième de l'Épître aux Galates, leçon sixième, premières éditions)

"On peut trouver quelque créature si pure, qu'il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel. (I Sent., dist. 44, quaest 1, art 3.)

 

Dans le monde théologique, saint Thomas d'Aquin et son école ont passé pour les adversaires du privilége de l'Immaculée Conception accordé à la Bienheureuse Vierge Marie. Cet avis, partagé maitenant par "l'opinion publique", est pourtant loin d'être exact. Plus d'une fois, les disciples de saint Thomas etles fils de saint Dominique ont voulu combattre cette opinion communément exagérée. C'est ainsi qu'encore, en 1854, le Révérend-Père François Gaude, de l'Odre des frères prêcheurs, recteur du séminaire Pontifical du cardinal Pie, s'en plaignait hautement :

 

"Je ne sais par quelle fatalité l'opinion que lesreligieux de notre Ordre et les disciples de notre école sont les adversaires du sentiment de l'Immaculée Conception s'est répandue dans le public. Et ce bruit accusateur, qui a su faire a son chemin, est tellement accrédité dans plusieurs esprits, qu'il n'est rien  de plus commun et de plus ordinaire que de l'entendre répéter. Pour le détruire et le ruiner rien n'a réussi : ni ceux de nos auteurs qui ont professé clairement leur croyance à ce privilége, ni la foule assez nombreuse de nos théologiens qui l'ont enseigné et dont on cite soit les paroles soit les noms, ni  les panégyriques prononcés sur ce mystère, ni l'expression d'Immaculée Conception elle-même, introduits dans la liturgie... "

 

Et pourtant, d'éminents auteurs, tels que le Cardinal Gousset, saint Jean Eudes, le R.P Spada ont démontré qu'il était pour le moins douteux de soutenir que saint Thomas d'Aquin avait nié l'Immaculée Conception. Au contraire :

 

"Si nous considérons bien sérieusement la doctrine de l'Angélique docteur, nous verrons sans en pouvoir douter qu'il a réellement enseigné l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie" car sa "doctrine constamment enseignée conduit inévitablement à professer le privilège de l'immaculée conception"

 

Le R.P Spada, maître en théologie et procureur général de l'Ordre des frères prêcheurs, démontre dans un important ouvrage (Saint Thomas et l'Immaculée Conception) qu'il était "impossible que l'Angélique docteur ait admis, dans la Bienheureuse Vierge, la tache originelle, après l'avoir déclarée simplementexempte de la tache du péché véniel." La conclusion de sa complète et très sérieuse étude est sans appel :

 

"De tout ce que nous avons dit jusqu'à présent, il est pleinement évident que notre Angélique maître a expressément enseigné, dans le premier livre des Sentences, que la Bienheureuse Vierge a été exempte du péché originel et du péché actuel, et qu'il n'a point rétracté cette doctrine dans ses ouvrages postérieurs; bien mieux, que les principes de la doctrine exposée dans la Somme de théologie conduisent à établir cette immunité."

Beaucoup rétorqueront que saint Thomas d'Aquin a cependant nié formellement l'Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie dans deux voire trois passages de ses manuscrits. Non seulement il a été démontré que des erreurs d'analyse et d'interprétation ont été développées par beaucoup mais que les écrits cités ne figuraient pas dans les éditions primitives publiées de saint Thomas. Le passage le plus souvent cité contre l'Immaculée Conception se trouverait dans la troisième Somme théologique ; dans les éditions récentes de la Somme (part. III, 9, 27, art. 2), on fait dire au Docteur Angélique que Marie"n'a été sanctifiée et purifiée du péché originel, ni avant l'animation, ni dans l'animation, mais après l'animation" tandis que ces paroles ne se lisent point au lieu cité dans les premères éditions , ni dans le manuscrit de Séville, ni dans celui qui se conservait au couvent des Dominicains de Marseille, ni dans d'autres. 

"La difficulté [de supposées contradictions] disparaît si l'on compare entre elles les éditions anciennes et modernes de ses oeuvres, et si l'on reconnaît, comme on est forcé de le reconnaître, que plusieurs de ses ouvrages, notamment ceux où il parle de la Conception de Marie, ont subi des suppressions ou d'évidentes altérations. Ce fait s'appuie sur le témoignage aussi détaillé qu'authentique de plusieurs savants Dominicains." (Cardinal GOUSSET, La croyance générale et constante de l'Eglise touchant l'Immaculée Conception)

"Si vous nous faites voir quelque autre lieu, dans les livres de saint Thomas, où il semble parler contre la Conception immaculée de notre divine Mère,nous aurons droit de le soupçonner de corruption, vu particulièrement que ce saint Docteur s'explique si clairement dans ses Commentaires sur le premier des Sentences où il dit que la bienheureuse Vierge a été pure de tout péché, et qu'elle a possédé le souverain degré de la pureté, c'est-à-dire, qu'elle est, comme dit saint Anselme, la plus éclatante pureté qui se puisse imaginer, après la pureté infinie de Dieu" (Saint Jean Eudes, L'enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu)

"Nous ne serions pas surpris que, comme on l'a prétendu, le texte de saint Thomas n'ait été falsifié dans toute cette question, où l'on ne retrouve pas sa logique habituelle. Il est certain qu'il n'a pas mis la dernière main à cette troisième partie de la Somme théologique, qui n'a paru qu'assez longtemps après sa mort: aussi n'en trouve-t-on que de rares manuscrits, tandis que ceux de la deuxième partie et surtout de la première abondent.... Il est également certain qu'il a professé la doctine de l'Immaculée Conception dans son Commentaire sur l'Epitre aux Galates, où, s'exprimant comme le concile de Trente, il dit: "On excepte la Vierge très digne de louanges, la très-pure Marie, qui fut exempte du péché originel et du péché acctuel"." (Petite Somme théologique de saint Thomas d'Aquin: à l'usage des ecclésiastiques et des gens du monde, T. IV, 1862)

Voici une compilation de citations de saint Thomas prouvant qu'il croyait en l'Immaculée Conception:

- "Tous les enfants d'Adam sont conçus en péché,  excepté la très pure et très digne Vierge Marie,  qui à été entièrement préservée de tout péché originel et véniel [...] Entre toutes les femmes je n'en ai point trouvé qui fût tout à fait exempte, au moins du péché d'origine, ou du péché véniel; j'en excepte toutefois la très-pure Vierge Marie, digne de toute louange, qui a été entièrement préservée de l'un et de l'autre."(Anciennes éditions du commentaire du chapitre III° de l'Epitre de St Paul aux Galates, cité notamment par Saint Jean Eudes dans L’Enfance Admirable de la bienheureuse Vierge, 1676, t. 5)

- "On peut trouver quelque créature si pure, qu'il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel." (I Sent., dist. 44, quaest 1, art 3.)

- Sur la Salutation Évangélique: ''Marie a toujours été très pure de toute sorte de coulpe, parce que ni le péché originel, ni le mortel, ni le véniel, n'ont jamais eu aucune part en ell.''

- « Le souverain ouvrier, voulant donner une preuve plus éclatante de son art, a fait un miroir plus resplendissant que la lumière, un séraphin si brillant qu'on ne peut rien imaginer de plus pur après Dieu, j'entends la personne de la très-glorieuse Vierge Marie.» (dans un opuscule de saint Thomas)

-  " on ne saurait douter que la Sainte Vierge ne soit née sans le péché originel, parce que l'Église célèbre sa naissance".

-  « Car nous savons que parce qu'elle a mérité de concevoir et d'enfanter celui qui n'a jamais eu de péché, elle a reçu une grâce très abondante pour vaincre entièrement le péché.»

-  « On peut trouver quelque créature si pure, qu'il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel.»

-  « La bienheureuse Vierge a été sanctifiée dès le ventre de sa mère, lorsque son âme a été unie avec son corps. »

-  En répondant à Julien, évêque de Capoue: "que celui qui, dans le cours de sa vie, n'a fait aucun péché actuel, ni mortel, ni véniel, doit être censé n'avoir point aussi contracté le péché originel."

A lire égalementl'Immaculée Conception et la chasteté conjugale - 6 décembre 1939 -

(1)  Litanies de l'Immaculée Conception

Seigneur, ayez pitié de nous. (bis)

Jésus-Christ, ayez pitié de nous. (bis)

Seigneur, ayez pitié de nous. (bis)

Jésus-Christ, écoutez-nous. (bis)

Jésus-Christ, exaucez-nous. (bis)

Père céleste qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Vierge, immaculée entre toutes les vierges, priez pour nous.

Vierge immaculée avant, pendant et après votre conception, priez pour nous.

Fille immaculée de Dieu le Père, priez pour nous.

Mère immaculée de Dieu le Fils, priez pour nous.

Epouse immaculée du Saint Esprit, priez pour nous.

Temple immaculé de la très sainte Trinité, priez pour nous.

Image immaculée de la sagesse de Dieu, priez pour nous.

Aurore immaculée du Soleil du justice, priez pour nous.

Arche vivante et immaculée où reposa Jésus-Christ, priez pour nous.

Rejeton immaculé de la race de David, priez pour nous.

Voie immaculée qui conduisez à Jésus, priez pour nous.

Vierge immaculée, qui avez triomphé du péché originel, priez pour nous.

Vierge immaculée, qui avez brisé la tête du serpent, priez pour nous.

Reine immaculée du ciel et de la terre, priez pour nous.

Porte immaculée de la Jérusalem céleste, priez pour nous.

Dispensatrice immaculée des grâces de Dieu, priez pour nous.

Epouse immaculée de saint Joseph, priez pour nous.
Etoile immaculée de la mer, priez pour nous.

Tour immaculée, rempart de l'Eglise militante, priez pour nous.

Rose immaculée entre les épines, priez pour nous.

Olivier immaculé du champ mystique, priez pour nous.

Modèle immaculé de toutes les perfections, priez pour nous.

Cause immaculée de notre bonheur, priez pour nous.

Colonne immaculée de notre foi, priez pour nous.

Fontaine immaculée de l'amour divin, priez pour nous.

Signe immaculé, signe certain de salut, priez pour nous.

Règle immaculée de la parfaite obéissance, priez pour nous.

Maison immaculée de pudeur et de chasteté, priez pour nous.

Ancre immaculée de notre salut, priez pour nous.

Lumière immaculée des Anges, priez pour nous.

Couronne immaculée des Patriarches, priez pour nous.

Gloire immaculée des Prophètes, priez pour nous.

Maîtresse immaculée des Apôtres, priez pour nous.

Force immaculée des Martyrs, priez pour nous.

Soutien immaculé des Confesseurs, priez pour nous.

Pureté immaculée des Vierges, priez pour nous.

Joie immaculée de ceux qui espèrent en vous, priez pour nous.

Avocate immaculée des pécheurs, priez pour nous.

Guerrière immaculée, terreur des hérétiques, priez pour nous.

Mère et tutrice immaculée de notre famille, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.


V. Priez pour nous, Vierge toujours sainte et immaculée
R. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions.

O Dieu, qui, par l'Immaculée Conception de la sainte Vierge, avez préparé à votre Fils un sanctuaire digne de lui, ayant préservé cette auguste Vierge de toute souillure en vue de la mort de ce cher Fils ; daignez nous accorder, par son intercession, de parvenir à votre gloire avec un cœur pur. Par le même Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec vous, dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

 

http://www.islam-et-verite.com/blog/eglise/l-immaculee-conception.html

Tag(s) : #Le Christ

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :