Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les sandwichs sans porc et sans reproche de la Ville de Nantes

21 avril 2013

Les sandwichs sans porc et sans reproche de la Ville de Nantes

21/04/2013 – 10h30
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Nantes ne veut pas de porc dans ses sandwichs. Et la façon dont elle présente cette exclusion est révélatrice : c’est bien un geste de soumission.

 

La municipalité socialiste veut servir aux enfants qui fréquentent les centres de loisirs de la cité des Ducs des sandwichs « exempts de porc ». La précision figure en toutes lettres dans un appel d’offres en cours jusqu’au 6 mai. Elle crée actuellement quelques remous dans la ville. Même les sages élus d’opposition du groupe Ensemble pour Nantes s’en sont émus. Dans un communiqué, ils « regrettent que par cette mesure, la ville de Nantes refuse d’apporter son concours aux éleveurs de porc ». Plus offensif, Christian Bouchet, responsable local du Front National, reproche à la ville d’imposer une alimentation halal.

La ville de Nantes a fini par s’en inquiéter. « Lorsque nous proposons par exemple du bœuf, en tant qu’alternative aux enfants qui ne mangent pas de porc, nous voulons être sûrs qu’il ne contient pas de trace de porc, type graisse ou gélatine », répondait jeudi, un porte-parole non déterminé dans les colonnes d’Ouest France. « Et nous ne proposons pas de repas halal. »

L’explication est un peu courte. En effet, la Ville de Nantes n’a aucune intention de donner le choix entre sandwich au bœuf et sandwich au porc : les 13.000 sandwichs prévus sont des sandwichs… au thon ou à la volaille ! De nombreuses spécifications techniques encadrent le marché : respect de normes, fournitures d’attestation, etc. Rien que de très banal. La ville précise qu’elle « privilégiera » les produits sans huile de palme (article 2.4 du cahier des conditions techniques particulières) ni matières grasses hydrogénées (article 2.5), etc. En revanche, elle exige qu’ils soient « exempts de gélatine animale » (article 2.6) et « exempts de porc sous toutes ses formes (lardons, sang, gélatine,…) ».

Pourquoi seul le porc est-il interdit ? Cela signifie-t-il qu’on pourra introduire dans les sandwichs du cheval roumain vendu par un intermédiaire néerlandais ? Que le saumon ou la dinde sont acceptables ? N’aurait-il pas été suffisant de dire que des sandwichs au thon et au poulet ne doivent contenir rien d’autre que du thon et du poulet ?

De toute évidence, l’exclusion expresse du porc, et du porc seulement, est une précaution rhétorique de la ville de Nantes. Destinée à satisfaire qui ? La réponse n’est que trop évidente ! Les musulmans sont nombreux parmi les « clients » des centres de loisirs municipaux. La ville de Nantes fait un geste de soumission envers l’islam, elle préfère risquer les reproches des partisans du cochon que ceux des intégristes mahométans. Halal ou pas halal, ce qu’elle met dans ses appels d’offres est encore plus révélateur que ce qu’elle met dans ses sandwichs.

 

Crédit photo : DR

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]
Tag(s) : #Islamophobie un devoir civique

Partager cet article

Repost 0